LA COULEUR DE LA ROBE DE MARIÉE AU FIL DES SIÈCLES

LA COULEUR DE LA ROBE DE MARIÉE AU FIL DES SIÈCLES

Vous en avez rêvé. Ou pas. Elle vous a fait vous poser mille questions, elle est un symbole très puissant et un élément très important pour sceller votre union. Vous l’avez cherchée pendant des semaines, faite faire sur mesure, attendue pendant de longs mois. Vous l’avez tant désirée, et vous ne l’oublierez jamais ! Pourquoi toute cette charge émotionnelle ?

On vous fait faire un petit tour de l’histoire de la robe de mariée...

BRIDE N°1 : le drapé de l’empire romain

Aussi loin que l’on s’en souvienne, c’est dans l’Empire romain qu’apparaissent les premières robes blanches accommodées d’une couronne de fleurs d’oranger. Le rituel autour de la tenue de mariée est alors très codifié. La veille du mariage, la femme doit porter une stola : une tunique blanche en lin, croisé sur la poitrine, avec un nœud d’Hercule en guise de ceinture de « chasteté », semblable à une broche qu’elle porte sous la poitrine pour maintenir les pans de la tunique. Seul le mari pourra défaire ce nœud au moment de la nuit de noces. Niveau féminisme c’était pas encore ça...

Le jour du mariage, la mariée porte sa stola, avec un long manteau drapé sur ses épaules et des sandales de cuir couleur jaune safran.

Elle est coiffée de 6 tresses autour de la tête, attachées en arrière comme un chignon et unies par une couronne de fleurs d’oranger dans les cheveux.

BRIDE N°2 : la moins inspirée 

La robe blanche disparaît totalement au Moyen Âge. La jeune fille choisit alors parmi ses tenues quotidiennes le modèle qui avait la plus belle couleur et la plus belle qualité, souvent sa tenue du dimanche. Blanchir ses vétement n’était pas courant à cette époque, le rouge garance et le noir étaient des couleurs plus régulièrement utilisée pour teindre ses vêtements, car duraient dans le temps. De plus, le rouge et l’hermine témoigne d’une certaine richesse que l’on pouvait s’accorder le jour de son mariage. 

 

BRIDE N°3 : La Reine Blanche #Marie 

Ce n’est qu’en 1565, à la Renaissance, que les robes blanches reviennent sur le devant de la scène. L’époque était alors à la robe de mariée de couleur, en particulier le rouge qui est symbole de féminité. Marie Stuart, Reine d’Ecosse, rompit la tradition en portant une robe blanche pour son mariage avec François II, Roi de France. La Reine souhaitait porter la couleur de sa famille d'origine : le blanc. A moins qu'il ne s'agisse de la couleur du deuil, blanche à cette époque, car la Reine venait de perdre son père ? Suite à ce grand mariage, les familles aristocratiques s'inspirent de cette nouvelle tendance : on se marie à nouveau en robe blanche.

 

BRIDE N°4 : La Reine Blanche #Victoria

Les siècles suivants, la robe de mariée retrouve peu à peu ses couleurs, et c’est même le noir qui est le plus prisé, car réutilisable pour différentes occasions. Or en 1840, aux Royaume Unie, le mariage de la reine Victoria avec le prince Albert, va réintroduire pour une ultime fois la robe de mariée blanche. La reine est décidée à marquer les esprits, et en bonne adepte de la mode, elle souhaite relancer l’industrie du satin et de la dentelle au Royaume Uni. Elle fait donc fi de la tradition et choisit une robe en satin de soie couleur crème, avec des volants en dentelle sur le col et les manches, la taille marquée et un jupon en crinoline, puis elle se coiffe d’une couronne de fleurs.

Elle qui était anti-mariage, décrira ce jour comme étant “le plus beau de sa vie”. 

« JAMAIS, JAMAIS, je n'oublierai une telle soirée !!! MON TRÈS TRÈS CHER Albert… sa passion et son affection excessive m'ont offert des sensations d'amour et de bonheur divins que je n'aurais jamais espéré ressentir auparavant ! Il m'a serrée dans ses bras et nous nous sommes embrassés encore et encore ! Sa beauté, sa douceur et sa gentillesse ; vraiment comment pourrais-je jamais être reconnaissante d'avoir un tel mari ! […] d'être appelée par des noms de tendresse que je n'avais encore jamais entendus auparavant ; le bonheur était incroyable ! Oh ! Ce fut le plus beau jour de ma vie! » 

Au 19ème siècle, les robes blanches étaient difficiles à conserver en l’état. La blanchisserie était difficile, la conservation délicate. Les robes de mariées, considérées comme la plus luxueuse de la garde-robe, étaient portées plusieurs fois au cours d’une vie. La reine Victoria elle-même a reporté sa robe pour de nouvelles occasions, changeant uniquement sa toilette. Les robes blanches gagnent en popularité, en devenant peu à peu un symbole associé à la pureté, à l’innocence, au luxe. Cette tendance devient une tradition dans les classes aisées, puis dans les classes populaires. 

L’histoire nous prouve que les vêtements endossent un rôle important sur notre patrimoine, qui est message et porteur de message sur l’évolution de nos coutumes et tendances. 

Crédits photos - Google et Pinterest 

Sources - Wikipédia, Vogue, Marie Claire, Instant Précieux.